Les chaussures, la mode…et le savoir-faire des Européens !

En bonne modeuse, j’ai une réelle passion pour les chaussures élégantes. Non que j’en achète des tonnes, susceptibles de pouvoir être assorties avec chacune de mes tenues, mais…tout de même, j’adoooore les chaussures : bottes, escarpins à talons hauts, sandales confortables ou bottines…Mais le fait d’acheter beaucoup de chaussures ne me fait pas faire l’impasse sur la qualité. J’y tiens, à mes shoes, et je veux les garder belles longtemps. Pour cela, rien de plus simple : j’achète européen, et surtout pas chinois !

Les chaussures produites en Chine, une industrie toujours pas convaincante

Les chaussures chinoises, il y a une dizaine d’années, c’était une catastrophe visuelle. Colle ayant bavé, look affreux, coutures grossières, matériaux de semelle de qualité médiocre,… Vraiment minable. Force est de reconnaître que les choses ont changé, et qu’à présent les chaussures produites en Chine sont présentables. Oui. Mais.

Les Chinois, rois de la copie

Un savoir-faire artisanal, élevé au rand d'artQuand on sait qu’il faut 6 à 8 mois pour un artisan de concevoir et produire un nouveau modèle au design novateur, ça force le respect. Car la fabrication de chaussures a été élevée au niveau d’un art, en Europe, tandis qu’en Chine elle est une industrie tout juste propre à s’entasser dans les containers. Je ne sais pas vous, mais moi ça m’interpelle.

Les Chinois sont passés maître dans l’imitation parfaite de nouveaux modèles, à tel point que lors des expositions universelles, ils sont devenus persona non grata dans le Pavillon italien ! Une carte de visite chinoise ? Demi-tour, vous ne pourrez pas prendre de photos de nos nouveaux modèles ! Car les Européens se sont assez laissés berner.

Lorsque le marché chinois s’est tourné vers l’Occident, nos fabricants anglais, italiens et autres se sont frotté les mains. Imaginez le potentiel de consommateurs que voilà ! Oui, mais le salaire moyen d’un Chinois lui permet de payer son loyer, son  véhicule pour aller au boulot et puis c’est à peu près tout. Pas de quoi s’acheter une paire de chaussures en cuir. La Chine a donc décidé de produire ses propres chaussures…pour les Chinois, mais surtout pour l’Occident ! C’est ainsi que débuta une belle invasion, avec son lot de problèmes inhérents au port de chaussures de mauvaise qualité :

  • Souliers kamikazes (tiennent 2 mois tout au plus, selon l’intensité de l’usage) ;
  • Problèmes d’ordre orthopédique, surtout pour les jeunes enfants ;
  • Cas avérés de brûlure au formol: les chaussures chinoises ne bénéficient pas des contrôles exercés sur les vêtements. Le taux de formol y est donc largement supérieur à celui autorisé sur le textile !

Revenons à nos copies de grandes griffes de la chaussure. Le prix, pour des chaussures en apparence identiques (pourvu que l’on ne regarde pas trop aux détails) est sensiblement moins élevé que celui de la paire d’origine. Mais il est encore 10 fois trop élevé par rapport au coût réel de la chaussure ! Accepteriez-vous de payer 10 fois sa valeur un bien, quel qu’il soit ? C’est bien ce qu’il me semblait : moi non plus.

Les fabricants européens : la tradition au service de la modernité

Vous l’aurez compris : j’ai le respect de l’amour du travail bien fait. Quand on sait que les grandes maisons anglaises de maroquiniers datent pour certaines de la fin du 19è siècle, et qu’elles fabriquent encore leurs chaussures à la main, moi, ça me parle, vous comprenez ?

Oh mais traditionnel ne veut pas dire vieux et basique ! Les anglais s’inscrivent dans la modernité et le design, tout en faisant confiance en leur héritage.

Que l’on parle de l’Italie, l’Angleterre ou le Portugal, les fabricants de chaussures européens, allient ces qualités :

  • Travail des matières nobles, comme le cuir ;
  • Confort assuré dans les pieds, même perchée sur de hauts talons !
  • Petites structures et ateliers artisanaux : l’éthique et le respect des travailleurs est garanti, sans risque de délocaliser. Ces ateliers sont en effet familiaux, avec une troisième ou une quatrième génération qui possède l’amour du métier.

Marques de chaussures françaises

Et notre voisine la France, dans tout ça? Force est de reconnaître qu’il y a eut énormément de fermetures et de délocalisations! Peu de produits en général sont encore manufacturés en France, comme le prouve l’excellent documentaire « Made in France ». Des efforts méritoires sont réalisés pour continuer ou lancer certaines activités dans l’Hexagone. Les industriels et artisans audacieux ont décidé de miser sur la qualité et les jeunes créateurs. Et cela fonctionne. il existe un réel engouement pour les meubles, la gastronomie, les chaussures Made in France. Question d’éthique. Acheter français, et plus largement européen, c’est s’associer à des entreprises qui respectent l’enjeu sociétal qu’est la protection du travailleur. Pour moi, c’est clair, il n’y a pas photo !

Ok, les coûts de production et charges salariales sont 4 X moindres dans les pays du Maghreb, et 20 X dans les pays asiatiques! La parade? Le marché de niche que sont le haut de gamme, le sur-mesure et la chaussure confort. Au point que le « Made in France » est devenu un argument commercial positif et efficace.

Qu’en est-il des chaussures? Les hommes trouveront peu de souliers français, mais uniquement de la haute qualité! Le travail du cuir relève même du haut de gamme. Tous les modèles sont urbains, casuals ou chics : mocassins, derbies, bottes, bottines. Les dames auront plus de choix, avec une grande variété de modèles et de coloris moins classiques. Sandales et espadrilles sont montrés dans le documentaire, mais la ballerine, l’escarpin et les boots figurent également dans les produits à présent conçus chez nos voisins.

En Belgique, on mise aussi sur les jeunes créateurs et les concepts originaux!

Comme moi, encouragez-les!

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *