Le mildiou, ce fléau du potager

Soyons claire : mai et juin chaud et humide au jardin ? Bim, des maladies sur les plantes, qu’il faut traiter. Certaines n’avaient jamais rien eu et cette année, c’est cata ! D’où l’idée d’un article sur les maladies au jardin, mais surtout, les moyens de prévention.

Le mildiou est une maladie cryptogamique, au même titre que la rouille et l’oïdium, qui mérite à elle seule un article entier. Elle se déclare sur les variétés potagères suivantes :

  • Les pommes de terre ;
  • Les tomates ;
  • Les poivrons et piments ;
  • Les aubergines ;
  • Les vignes.

Ça ressemble à quoi, le mildiou ? C’est un champignon, qui va d’abord brunir les feuilles de la plante, puis se loger dans les tiges, avant d’atteindre le fruit, qui finit par pourrir.

Alors le truc est un champignon, c’est qu’il dispose de spores pour se propager. Donc une plante atteinte peut contaminer en moins de deux une ligne entière de votre parcelle. Pas cool, hein ?

Et comme il peut se loger dans le sol via des plantes mortes laissées au sol, il peut passer l’hiver intact et se réactiver au printemps suivant. Et c’est reparti pour un tour !

Moyens de prévention du mildiou

Heureusement, plein de précautions peuvent être prises pour éviter le mildiou :

  • Plantez vos pommes de terre, poivrons, … de façon espacée, afin de ne pas favoriser le développement du champignon ;
  • Arrosez au pied des plants, sans mouiller le feuillage. C’est l’eau stagnante qui pose problème, donc gaffe aux feuilles qui touchent le sol ou le terreau si c’est en pot (moi je les enlève, ces feuilles-là) ;
  • Paillez ! La plupart des plantes potagères peuvent être paillées (paille, écorce, copeaux, feuilles en décomposition,…)
  • Plantez sur buttes de 20 cm: plus la plante sera forte au niveau racinaire, moins elle sera susceptible de tomber malade ;
  • Traiter à titre préventif à la bouillie bordelaise, ou un produit phytosanitaire qui en fait office (car la bouillie bordelaise n’est pas permise partout).

Que faire si vous avez cette maladie sur vos légumes ?

Le mildiou, une fois qu’il est là, il n’y a plus grand-chose à faire… Deux-trois conseils, que m’a appris mon papa (jardinier émérite !) :

  • Coupez les feuilles dès qu’elles sont atteintes, pour éviter la propagation ;
  • Faire une infusion de feuilles de tanaisie, à pulvériser sur la plante. La tanaisie, vous voyez ? Cette fleur jaune qui éloigne les fourmis. Eh ben pas que les fourmis !
  • Récupérez vos tomates encore vertes pour les faire rougir sur un seuil de fenêtre.

La chaleur et l’humidité favorisent l’apparition du mildiou. Et avec les jours orageux que nous avons eu ces derniers temps, je ne peux que vous conseiller d’être attentifs !

Traiter vos plantes en pot et en terrasse

A chaque plante sa maladie, et ses ravageurs. Dans un potager, afin de ne pas favoriser maladies et champignons, il vaut mieux suivre ces conseils :

  • Respecter la rotation des cultures. Le principe? Ne pas cultiver deux années de suite une plante d’une même famille. Reprenons le mildiou : évitez de placer des pommes de terre à l’emplacement des plants de tomates de l’année passée. Toujours cette histoire de champignon qui peut rester dans le sol pour se réactiver au printemps suivant. Fonctionnez avec la rotation des cultures durant un cycle de 3 voire 4 ans. Tenez un petit carnet de bord pour vous y retrouver ;
  • Attention à la manipulation des engrais! Un apport excessif d’azote peut être fatal : certaines plantes pourraient être fragilisées et sensibles aux maladies cryptogamiques ;
  • L’apport de fumier frais convient aux courgettes et aux concombres, mais les autres légumes pourraient pourrir : les plantes fleuries à bulbes ;
  • Un compost peut être vecteur de maladies : n’y mettez pas des feuilles de roses; car les rosiers sont vecteurs de maladies. Les composteurs artificiels ne chauffent pas suffisamment, donc les matières se décomposent mal ;
  • Evitez les tailles trop sévères. Taillez avec des outils bien aiguisés pour faire des tailles propres. Désinfectez-les après usage, quand vous passez d’un arbre à l’autre !

Mes petits trucs pour traiter une maladie

Je vous fais part d’expériences récentes, qui ne concernant pas des légumes ni le mildiou : j’ai une sorte de buis qui a attrapé un champignon noir, le Cylindrocladium buxicola. Ca fait des taches noires sur les feuilles et aussi un dépôt blanchâtre. J’ai traité en pulvérisant avec de l’eau et du bicarbonate de soude. Je tenais à un moyen naturel surtout que les abeilles et bourdons viennent butiner dessus. J’ai aussi coupé au sécateur les tiges atteintes.

Attention, c’est comme pour le mildiou : les feuilles et tiges atteintes ne doivent JAMAIS aller dans le compost ! Vous contamineriez tout votre jardin. Il paraît même qu’il vaut mieux les brûler que de les mettre au parc à conteneurs/déchetterie.

Bref, de l’eau bicarbonatée, ça a bien fonctionné ! Reste à espérer que le champignon n’hiverne pas dans les feuilles, pour réapparaître l’hiver prochain…

 

Enfin, la biodiversité au jardin est bénéfique pour vos plantes, fleuries ou potagères : vous éviterez les insectes ravageurs en attirant les auxiliaires au jardin. Je pense aux coccinelles 😉

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *