Qu’est ce que l’obésité et comment en sortir ?

Le terme « obésité » apparait dans les années 1550, ce terme désignent une accumulation anormale de graisse corporelle. L’obésité est devenu un véritable problème de santé publique du fait de son évolutions rapides et de toutes les maladies chroniques qui en découlent telles que les maladies cardio-vasculaire ou le diabète.

Qu’est-ce que l’obésité ?

L’obésité se définit comme étant une maladie chronique et le résultat d’un excès de masse graisseuse. En médecine, on parle d’obésité lorsque la graisse du corps devient excessive et entraine des conséquences néfastes pour la santé.
En 1997, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a officiellement classé l’obésité comme étant une maladie chronique et a définit l’obésité comme étant une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé.
En Belgique, environ un belge sur six souffre d’obésité. Ce problème d’obésité est donc devenu une évidence dans notre société. En effet, la prévalence de l’obésité a doublé dans pratiquement tous les pays industrialisés et en voie de développement au cours des 20 dernières années.
Le principal indicateur de mesure utilisé pour voir si une personne est en surpoids et l’Indice de Masse Corporelle (IMC).

Comment calculer son IMC ou BMI ?

L’obésité se quantifie par la mesure de l’IMC (Indice de Masse Corporelle). L’IMC permet de quantifier l’excès de graisse au travers de valeurs seuil.
L’IMC est donc un outils de mesure du risque de l’obésité utilisé par les professionnels de la santé car il permet d’évaluer rapidement et simplement le risque d’obésité.
Afin de calculer l’IMC, il suffit de réaliser le rapport entre votre poids et votre taille en mètre au carré. Autrement dit : IMC = Poids (kg) / Taille (m)². Par exemple, une personne de 1,72m et 68 kg a un IMC de 68/1,72² soit 23 kg/m².
Selon l’OMS, un adulte « normal » a un IMC compris entre 18,5 et 24,9. Un IMC plus élevé ou égal à 25 indique un surpoids, tandis qu’un IMC supérieur à 30 reflète l’obésité. Celle-ci est classée en 3 grades :

  • Classe I (obésité modérée) IMC entre 30,0 et 34,9 ;
  • Classe II (obésité sévère) IMC entre 35,0 et 39,9 ;
  • Classe III (obésité massive) IMC supérieur ou égal à 40,0.

Néanmoins, cette norme se base principalement sur une population de type européenne. Cet indice n’est donc pas forcément applicable à d’autres types de population.
Par exemple, la japon a défini l’obésité comme étant tout indice corporelle supérieur à 25,8 et la Chine l’a défini à 28,9.

L’IMC n’est également pas un marqueur valable concernant les sportifs de haut niveau qui ont une masse musculaire plus importantes.
Par exemple, un joueur de rugby qui mesure 1,95m et qui pèse 125 kg a un IMC de 33. Selon cet indice il souffrirait donc d’obésité alors qu’il n’a que 12 % de graisse corporelle et que son excès de poids est du à son muscle.

Comment s’en sortir ?

Si vous êtes piégé dans ce cercle infernal, sachez que vous pouvez vous faire aider !

Les traitements visent en principe la restriction calorique pour obtenir une rééducation pondérale. Parmi les moyens utilisés, il y a le régime, l’activité physique ou encore la chirurgie bariatrique.

La chirurgie bariatrique est d’une grande efficacité pour la perte de poids sur le long terme mais elle nécessite de remplir certaines conditions. Par exemple, il faut que le patient aie réalisé des tentatives de pertes de poids par le passé, que le patient n’ai aucune contre-indication pour une telle opération, et qu’il marque sa compréhension et son accord pour un suivi médico-chirurgical à vie.
Si toutes ces conditions sont respectées, le patient pour choisir, en accord avec le chirurgien, l’opération bariatrique qu’il « préfère ». Parmi celles-ci, citons le bypass ou encore la sleeve gastrectomie.

N’hésitez pas à prendre un rendez vous chez un chirurgien spécialisé afin de lui poser toutes vos questions à ce sujet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *